Dernieres Infos
Elevage Génétique el Compétition

LES LACETS Á L´ENVERS

Pourquoi commencer par ce sujet ?

Et pourquoi pas ?

Seuls ceux qui sont tous les jours sur les terrains derrière les chiens ont conscience du problème.


De quoi s´agit-il ?

Quand le chien quête en terrain découvert en final de chaque lacet il doit remonter de environ 30 mètres pour reprendre le lacet suivant et ainsi de suite de façon á explorer la totalité du terrain imparti.


Le chien qui fait des lacets á l´envers au lieu de tourner vers l´avant fait le crochet en arrière puis passe devant et quelques fois derrière le conducteur, il est facile de comprendre que le terrain est mal exploré et que le chien laisse une grande partie avec risque continuel de se taper.

Il ne faut pas confondre le jeune chien qui est fatigué et qui revient voir son conducteur, celui qui en fait de temps en temps pour différents motifs, contrariétés au cours du lacet précédent, obstacles ne facilitant pas le lacet correcte. Le problème se présente souvent d´un seul côté, quelquefois á droite mais souvent á gauche. Les chiens qui souffrent de cette « maladie » peuvent faire tout le parcours en faisant par exemple tous les lacets á l´intérieur á gauche.

En général les juges les sanctionnent par un « très bon ».

 


D´où vient le problème ?


De la génétique, toutes les races sont touchées, les lignées les transmettent de façon claire et régulière, les «  RADENTIS » en setters anglais et bien d´autres, « RIBOT », en pointer par exemple.

Il est très certainement associé génétiquement á des lacets serrés (manque de profondeur), au refus de coulé spontané et á l´absence de remontée avant l´arrêt.


Les chasseurs vont dire qu´à la chasse cela n´a aucune importance, et bien si !

Au lieu de faire la talus á gauche, le chien tourne á l´envers et laisse 30 ou 40 mères de talus qui peut loger une bécasse…


Comment régler le problème ?


Á la chasse, en concours de chasse pratique, en printemps quête de chasse, la majorité des dresseurs relancent le chien dans la même direction jusqu´à obtenir satisfaction, c´est contraignant pour le chien et ça représente un problème de plus à régler.

En Grande Quête c´est très difficile á travailler car si on relance le chien il va le faire quand même mais encore plus loin et cela crée un mauvais climat de travail.

J´ai personnellement retiré plusieurs chiens de très haut niveau de la compétition pour ce motif.


Il faudrait ne plus reproduire avec ces chiens et surtout que les femelles de l´élevage n´aient pas ce défaut !


Il est possible de faire un diagnostic précoce sur les chiots de 4 á 5 mois, un œil averti le voit et le détecte, en tous cas moi je le vois.


Promener les chiots en terrain découvert en marchant dans le vent et observer leur façon de remonter franchement ou non et ceux qui reviennent toujours par derrière, puis pour s´en assurer sortir le chiot SEUL.


Il faut savoir ce que l´on veut, quand on sait que cela conditionne aussi les remontées avant le point, le refus de coulée, cela fini par faire beaucoup.